19 septembre 2007

Bonne nouvelle !

L'ancien dirigeant khmer rouge Nuon Chea inculpé de crimes contre l'humanité

LEMONDE.FR avec Reuters et AFP | 19.09.07 | 11h13  •  Mis à jour le 19.09.07 | 16h05

e plus haut responsable khmer rouge encore en vie, Nuon Chea, a été arrêté, mercredi 19 septembre, à son domicile, sur ordre du tribunal, parrainé par l'ONU, chargé de juger les crimes les plus graves commis dans les années 1970 au Cambodge.

Il a été inculpé de crimes de guerre et crimes contre l'humanité, a annoncé un porte-parole du tribunal.

Nuon Chea, "frère numéro deux" du régime khmer rouge et ancien bras droit de Pol Pot, chargé de la sécurité intérieure – et à ce titre artisan de la spirale répressive –, vivait dans une maison dans la jungle près de la frontière thaïlandaise, dans le nord-ouest du pays, après un accord conclu en décembre 1998 entre les derniers khmers rouges et le gouvernement cambodgien. Lors d'une conférence de presse confirmant cet accord de paix, Nuon Chea avait prononcé des excuses au peuple cambodgien qui n'avaient guère ému les rescapés du régime : "Naturellement, nous sommes désolés, non seulement pour la vie des gens, mais aussi celle des animaux. Ils sont tous morts parce que nous voulions gagner la guerre."

PREMIÈRE MISE EN EXAMEN JAMAIS PRONONCÉE

Depuis, les procureurs du tribunal, mis en place avec l'aide des Nations unies, ont lancé des procédures à l'encontre de plusieurs hauts dirigeants du régime. S'ils n'ont pas été cités, le nom de Nuon Chea circulait au côté de celui de l'ancien président Khieu Samphan ou de l'ancien ministre des affaires étrangères Ieng Sary.

Nuon Chea est accusé d'avoir ordonné à "Douch", ou Kang Kek Ieu, l'ancien directeur du centre d'interrogatoire S-21, de tuer tous les prisonniers encore en vie dans ce centre situé dans le lycée Tuol-Seng de Phnom Penh, le 5 janvier 1979, soit deux jours avant la chute de Phnom Penh. Mais sept personnes ont survécu et devraient être des témoins clés. Kang Kek Ieu a lui-même été inculpé en juillet par ce même tribunal. Il s'agissait de la première mise en examen jamais prononcée par une juridiction cambodgienne à l'encontre d'un dirigeant du régime qui s'est emparé du pays en 1975.

La "révolution" khmer rouge a fait 1,7 million de morts avant que les troupes vietnamiennes ne renversent le régime en 1979. Pol Pot, autoproclamé "frère numéro un", est mort en 1998 sans avoir été jugé.

v_6_ill_956852_khmer

Les lieux du génocide cambodgien

Posté par CarnetDecoute à 19:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Bonne nouvelle !

Nouveau commentaire